venerdì 19 agosto 2016

Les femmes sont les nègres du Féminisme - épisode 2: la réglementation de la prostitution confronte les prostituées et les féministes radicales

La réglementation de la prostitution confronte les prostituées et les féministes radicales

Le projet de loi fait face au Congrès le plus conservateur dans l'histoire du Brésil et l'opposition d'un groupe de femmes à la légalisation des maisons closes

Femmes se prostituent dans une boîte de nuit dans le centre de Rio de Janeiro. Luisa Dörr

M. M.

Rio de Janeiro, 01 de Août de 2016 - 02:37 CEST

La venue des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro a chauffé le débat sur la prostitution et a ouvert un affrontement entre des prostituées, des universitaires et des féministes. La question est la réglementation de la profession dans un pays où la prostitution est légale et reconnue depuis 2002 par le Ministère du Travail. Mais où les milliers de bordels, discothèques et clubs à travers le Brésil configurent le crime de banditisme (exploitation sexuelle d'un autre pour le profit) passible de quatre ans de prison.

Le Réseau Brésilien de Prostitutes et la Central Unique de Travailleurs du Sexe a ouvert la discussion pour accélérer l'approbation d'un projet de loi qui ouvre une fenêtre à la réglementation du travail. Est le Gabriela Leite - en l'honneur de la principal militante des droits des prostituées - qui dans cinq articles propose des règles pour réglementer l'une des professions les plus stigmatisés dans le monde.

Le projet de loi comprend une modification du Code Criminel où la prostitution et l'exploitation sexuelle apparaissent presque nécessairement associés. Le spécifie le texte qui ne doit être considéré comme l'exploitation sexuelle la contrainte à la prostitution ou la prostitution exercée par des personnes de moins de 18 ans - ce qui est déjà un crime -, pas de payer pour des services sexuels et l'appropriation de plus de 50% de service sexuel d'un autre. Le projet de loi légalise aussi les bordels lorsque qu'ils exercent pas l'exploitation sexuelle et cet comprend la retraite des travailleurs du sexe après 25 ans.

Le projet de loi, daté 2003, a été sauvé en 2012 par le député du PSOL (Parti Socialisme et Liberté) Jean Wyllys et a été discuté avec les prostituées. Ce a peu de chance d'être approuvé par le Congrès plus conservateur dans l'histoire du Brésil, mais militants féministes, qui prétendent que le débat sur la prostitution appartient à toutes les femmes, ils ont commencé leur propre bataille contre le texte parce qu'elles considéraient la "légalisation de proxénétisme".

"Le règlement légitimise la marchandisation du corps féminin. Le projet de loi tient à prendre de l'illégalité des maisons de prostitution et les exploiteurs, et met le Brésil en tant que plaque tournante de l'exploitation sexuelle des femmes. Le projet est faible et son discours est de proxénétisme, pas de la femme exploitée", déplore Maria Gabriela Saldanha, écrivain, activiste féministe et détractrice de fer du projet de loi. "Il n'y a pas un seul pays où la réglementation a fonctionné. Nous devons en tenir à des politiques publiques pour accueillir les femmes qui souhaitent quitter ou de les empêcher d'entrer dans la prostitution", ajoute Saldanha. "Serait plus honnête en faire un grand débat public et de réfléchir à ces politiques", ajoute-elle.

Wyllys critique ce point de vue. Pour lui, un secteur féministe a fini par s'alignant les bancs les plus conservateurs du Congrès. Le député estime que l'interdiction actuelle des maisons closes ne les empêche pas de continuer à travailler, "tout comme la criminalisation de la marijuana ne l'empêche pas que continue d'être vendue", et il affirme que dans les maisons de prostitution, "qui fonctionnent parce qu'ils paient des pots de vin aux autorités", les prostituées et les gigolos ont aucun droit, "ils deviennent non protégés et soumis à toutes sortes d'abus, d'ailleurs ils ont pas de supervision".

Loge d'un bordel à Rio de Janeiro. Luisa Dörr

Les cinq articles du projet de loi Gabriela Leite sont objectivement insuffisants pour réglementer une profession complexe comme la prostitution - pour avoir une idée, le projet de loi qui réglemente le travail domestique se compose de 46 articles -, mais pour ses partisans, c'est une première étape pour encadrer les entreprises dans le loi. "C'est question de réglementer quelque chose qui existe déjà, pour mettre fin à l'extorsion de la police, entre autres choses. Avec la loi, sera ouvert une fenêtre pour les nouveaux contrats de travail des travailleurs du sexe avec des clubs, donnera pouvoir pour les prostituées", affirme Indianara Siqueira, transsexuel, prostituée et militante.

Tatiane Satin, 21 ans, était prostituée et elle est devenue l'une des voix contre toute réglementation du travail. Élevé dans le Mouvement Sans Terre, éboueuse, et avec une routine de recherche de nourriture dans les dépotoirs pour survivre, elle a commencé à se prostituer à 17 ans. Elle a perdu le compte de combien d'hommes ont touché son corps, dit-elle, mais à chaque fois elle se sentait violée. Son expérience, dit-elle, était un cauchemar et elle critique la "romantisation" de l'engin. "Pour moi, la prostitution est un viol payé. En quatre ans, je ne l'ai jamais rencontré une femme avec une histoire heureuse dans la prostitution. Le Projet de Loi de Proxénétisme ne donne aucun droit, et tourne les proxénètes dans les grands hommes d'affaires", at-elle dit au cours un débat a eu lieu à Rio il y a un mois.

Le débat, qui a atteint des niveaux élevés de confrontation dans les réseaux sociaux, peut être en vain, si est approuvée la réforme du Code Pénal qui est en cours de traitement au Sénat. Parmi les changements proposés dans plus de 400 pages couvrant des crimes électoraux aux crimes de trafic, est la possibilité d'adapter à la prostitution dans un vide juridique plus. Si est approuvée comme il est maintenant, le nouveau Code ne réglemente pas la profession, mais aura décriminalisé le proxénétisme et les bordels.

Bien que les projets arrêtent dans les tableaux des députés et sénateurs, en l'absence de législation - comme cela est arrivé avec le mariage homosexuel ou l'avortement dans les cas d'anencéphalie - le pouvoir judiciaire finit par dicter les règles. Les tribunaux ont déjà reconnu en 2013 la relation de travail entre une prostituée et un club à Piracicaba, São Paulo, et a forcé le établissement pour compenser avec R$ 100.000 le fils de la femme, victime d'un accident du travail. La prostituée est devenu tétraplégique après une chute tout en travaillant et elle est morte à l'âge de 25 ans, au cours du processus. Dans un autre exemple, cette année, la Cour Suprême elle-même a reconnu la protection juridique des prostituées et la possibilité de les faire payer dans les tribunaux dettes découlant de leurs services.

Dans d'autres pays, les voix sont réparties entre les abolitionnistes - qui considèrent les prostituées victimes sans liberté de choix - et réglementationnistes - pour lesquels le travail sexuel est une activité qui peut être exercé librement et devrait être légalisé. En Suède, par exemple, qui paie pour le sexe est un criminel, un modèle qui a inspiré d'autres pays comme la France, l'Islande, le Canada, Singapour, Afrique du Sud, Corée du Sud et d'Irlande du Nord. Aux Pays-Bas, le Danemark et l'Allemagne, d'autre part, les travailleuses du sexe paient des impôts et obtiennent leurs homologues sociaux.

El País, 01 Août 2016 (31 Juillet 21h37 à Rio de Janeiro), http://brasil.elpais.com/brasil/2016/07/28/politica/1469735633_689399.html

Mes commentaires

J'ai même envoyé quelques compliments au faggot exécrable Jean Wyllys sur son profil Facebook pour ce projet de loi. Et vous voyez ce qu'est une chose consternante, un bon projet de loi de lui, ses compagnons de gauche cognent un gourdin sur lui.

Si "nous devons en tenir à des politiques publiques pour accueillir les femmes qui souhaitent quitter ou de les empêcher d'entrer dans la prostitution" et "serait plus honnête en faire un grand débat public et de réfléchir à ces politiques", Maria Gabriela Saldanha, pourquoi avez-vous pas mentionné que l'Amnesty international préconise la dépénalisation de le travail du sexe exactement pour protéger les travailleurs du sexe? Et quand aviez-vous mentionné cas de travailleurs du sexe victimes de assassiner ou d'agression? Si "il n'y a pas un seul pays où la réglementation a fonctionné", où le Modèle Nordique, dans lequel le client est criminalisée et la prostituée non, était efficace pour réduire la traite des femmes ou la violence contre les prostituées? Serait-il l'abaissement de la prostitution assez par lui-même comme une mesure de succès? Le député Jean Wyllys a déclaré que "un secteur féministe a fini par s'alignant les bancs les plus conservateurs du Congrès". Veut-il dire qu'une femme féministe rejoint les ennemis contre une autre femme? Intéressant!

Mais vous étiez en mesure de comprendre, à travers cet article, qui était Gabriela Leite, qui, en passant, est mort en 2013? Dans le lien hypertexte vers le projet de loi qui est dans le texte, vous pouvez voir un peu plus à ce sujet. Même un livre racontant des histoires de travail, elle a écrit ("Filha, mãe, avó e puta" - Fille, mère, grand-mère et putain -, 2009). Et dans cet article, son nom apparaît seulement parce qu'il est le nom du projet de loi. Eh bien, l'article a montré une prostituée en faveur de la légalisation de la prostitution: un transsexuel. Mais qui a le nom et l'autorité pour donner son opinion sur la prostitution est le "écrivain, activiste féministe et détractrice de fer du projet de loi" Maria Gabriela Saldanha et une certaine Tatiane Satin, "21 ans, était prostituée et elle est devenue l'une des voix contre toute réglementation du travail". Parce qu'elles font partie de, comme nous l'avons vu dans l'introduction, "un groupe de femmes".

Abigail Pereira Aranha

Questo testo in italiano senza filmati di dissolutezza in Men of Worth Newspaper: "Le donne sono i negri del Femminismo - episodio 2: la regolamentazione della prostituzione confronta prostitute e femministe radicali", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/08/le-donne-sono-i-negri-del-femminismo-episodio-2.html.
Questo testo in italiano con filmati di dissolutezza in Periódico de Los Hombres de Valía: "Le donne sono i negri del Femminismo - episodio 2: la regolamentazione della prostituzione confronta prostitute e femministe radicali", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/08/le-donne-sono-i-negri-del-femminismo-2.html.
Ce texte en français sans films de libertinage au Men of Worth Newspaper: "Les femmes sont les nègres du Féminisme - épisode 2: la réglementation de la prostitution confronte les prostituées et les féministes radicales", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/08/les-femmes-sont-les-negres-du-feminisme-episode-2.html.
Ce texte en français avec films de libertinage au Periódico de Los Hombres de Valía: "Les femmes sont les nègres du Féminisme - épisode 2: la réglementation de la prostitution confronte les prostituées et les féministes radicales", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/08/les-femmes-sont-les-negres-du-feminisme-2.html.
Eso texto en español sin películas de putaría en Men of Worth Newspaper: "Las mujeres son los negros del Feminismo - episodio 2: la reglamentación de la prostitución confronta prostitutas y feministas radicales", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/08/las-mujeres-son-los-negros-del-feminismo-episodio-2.html.
Eso texto en español con películas de putaría en Periódico de Los Hombres de Valía: "Las mujeres son los negros del Feminismo - episodio 2: la reglamentación de la prostitución confronta prostitutas y feministas radicales", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/08/las-mujeres-son-los-negros-del-2.html.
This text in English without licentiousness movies at Men of Worth Newspaper: "Women are the negroes of the Feminism - episode 2: prostitution regulation confronts prostitutes and radical feminists", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/08/women-are-the-negroes-of-the-feminism-episode-2.html.
This text in English with licentiousness movies at Periódico de Los Hombres de Valía: "Women are the negroes of the Feminism - episode 2: prostitution regulation confronts prostitutes and radical feminists", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/08/women-are-negroes-of-feminism-episode-2.html.
Texto original em português sem filmes de putaria no A Vez das Mulheres de Verdade: "A mulher é o negro do Feminismo - episódio 2: regulamentação da prostituição confronta prostitutas e feministas radicais", http://avezdasmulheres.over-blog.com/2016/08/a-mulher-e-o-negro-do-feminismo-episodio-2.html.
Texto original em português com filmes de putaria no A Vez dos Homens que Prestam: "A mulher é o negro do Feminismo - episódio 2: regulamentação da prostituição confronta prostitutas e feministas radicais", http://avezdoshomens.blogspot.com/2016/08/a-mulher-e-o-negro-do-feminismo-2.html.
Seção de sexo, safadeza, putaria, mulher pelada, pornografia
Section of sex, lust, licentiousness, naked woman, pornography
Section de sexe, luxure, débauche, femmes nues, pornographie
Sezione de sesso, libertinaggio, lussuria, donna nuda, pornografia
Sección de sexo, perrez, putaría, mujer desnuda, pornografía
Vintage 1980s Group Sex Scene
Cena de sexo em grupo vintage anos 1980
Scène de sexe en groupe vintage ans 1980
Escena de sexo en grupo vendimia años 1980
Scena di sesso di gruppo annata anni 1980

Maserati, Carmen Hayes and dick

The girls lick one another, too. Argh!

Maserati, Carmen Hayes e pau

As garotas lambem uma à outra, também. Argh!

Maserati, Carmen Hayes et bite

Les filles se lèchent une le autre, aussi. Argh!

Maserati, Carmen Hayes y verga

Las chicas se lamen una a la otra, también. Argh!

Maserati, Carmen Hayes e cazzo

Le ragazze leccano l'una l'altra, anche. Argh!

Darlene Amaro getting fucked at a swing party
Darlene Amaro sendo fodida em uma festa swinger
Darlene Amaro baisée lors d'une soirée échangiste
Darlene Amaro sendo follada en una fiesta libertina
Darlene Amaro scopata a una festa swinger

Nessun commento:

Posta un commento

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...