mercoledì 1 giugno 2016

Sélection de trois articles par Amnesty International pour le 2 de juin, Journée Internationale des Prostituées

Mouvement mondial vote pour adopter une politique pour protéger les droits des travailleurs du sexe

11 de août de 2015, 17:00 UTC

Un vote crucial pour protéger les droits des travailleurs du sexe a été adoptée aujourd'hui à Dublin à la prise de décision sur le forum d'Amnesty International, la Réunion du Conseil international (ICM). Les délégués venus du monde entier ont autorisé le Conseil international pour élaborer et adopter une politique sur la question.

"Les travailleurs du sexe sont l'un des groupes les plus marginalisés dans le monde qui dans la plupart des cas sont confrontés risque constant de discrimination, de violence et d'abus. Notre mouvement mondial a ouvert la voie à l'adoption d'une politique par le protection des droits des travailleurs du sexe qui aideront façonner les travaux futurs d'Amnesty international sur cette importante question", a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty international.

La résolution recommande que Amnesty International élabore une politique qui prend en charge la pleine décriminalisation de tous les aspects du travail du sexe consensuel. La politique fera également appel aux États de veiller à ce que les travailleurs du sexe bénéficient d'une protection juridique pleine et égale de l'exploitation, le trafic et la violence.

"Nous reconnaissons que cette question critique des droits humains est extrêmement complexe et qui est la raison pour laquelle nous avons abordé cette question du point de vue des normes internationales des droits humains. Nous avons également consulté notre mouvement mondial pour prendre à bord des différents points de vue du monde entier", a déclaré Salil Shetty.

La recherche et la consultation menée dans le développement de cette politique au cours des deux dernières années ont conclu que cela était la meilleure façon de défendre les droits des travailleurs du sexe et de diminuer le risque d'abus et de violations auxquelles ils sont confrontés.

Les violations que les travailleurs du sexe peuvent être exposés incluent la violence physique et sexuelle, arrestations et détentions arbitraires, extorsion et harcèlement, traite des êtres humains, le dépistage du VIH et des interventions médicales forcés. Ils peuvent également être exclus des soins de santé et des services de logement et autres protections sociales et juridiques.

La politique a être élaboré à partir d'une vaste base de données probantes provenant de sources compris les organismes des Nations Unies, telles que l'Organisation Mondiale de la Santé, l'ONUSIDA et le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le Droit à la Santé. Nous avons également mené des recherches dans quatre pays.

La consultation comprenait des groupes de travailleurs du sexe, les groupes représentants les survivantes de la prostitution, des organisations abolitionnistes, des féministes et autres représentants de les droits de les femmes, des militants LGBTI, organismes de lutte contre la traite et les organisations VIH/SIDA.

Amnesty International considère odieuse le traite des êtres humains sous toutes ses formes, y compris l'exploitation sexuelle, et devrait être criminalisé comme une question de droit international. Ceci est explicite dans cette nouvelle politique et l'ensemble de l'action d'Amnesty International.

"Ceci est un jour historique pour Amnesty International. Ce ne fut pas une décision qui a été atteint facilement ou rapidement et nous remercions tous nos membres du monde entier, ainsi que tous les nombreux groupes que nous avons consultés, pour leur importante contribution à ce débat. Ils nous ont aidés à atteindre une décision importante qui déterminera ce domaine de notre travail sur les droits humains à l'avenir", a déclaré Salil Shetty.

"Global movement votes to adopt policy to protect human rights of sex workers", Amnesty International, https://www.amnesty.org/en/latest/news/2015/08/global-movement-votes-to-adopt-policy-to-protect-human-rights-of-sex-workers

Les droits des travailleurs du sexe sont droits humains

Par Catherine Murphy, conseillère politique d'Amnesty International, le 14 de août de 2015, 09:00 UTC

Les travailleurs du sexe dans le monde entier sont confrontés à un risque constant d'abus. Ce ne sont pas nouvelles. Il n'est pas nouvelles qu'ils sont un groupe extrêmement marginalisés de personnes, souvent contraints de vivre en dehors de la loi.

Personne ne serait surpris d'apprendre qu'ils font face à la discrimination, les coups, le viol et le harcèlement - parfois sur une base quotidienne - ou qu'ils se voient souvent refuser l'accès aux services de santé ou de logement de base.

Mais quand le mot est sorti que Amnesty International a lancé une consultation pour élaborer une politique visant à protéger les droits des travailleurs du sexe, il était comme allumer un mèche de pétard. Journalistes et célébrités prirent le train en marche. Titres toujours plus sensationnelles condamnent Amnesty International pour la défense de "la prostitution comme un droit humain".

En tant qu'organisation mondiale des droits humains, Amnesty International a la responsabilité d'évaluer la meilleure façon de prévenir les violations des droits humains. En tant que tel, il est juste et approprié que nous devrions examiner l'un des groupes les plus défavorisés de personnes dans le monde, souvent contraints de vivre en dehors de la loi et privés de leurs droits les plus fondamentaux: les travailleurs du sexe.

Nous avons choisi de plaider en faveur de la décriminalisation de tous les aspects de rapports sexuels consensuels des adultes - le travail du sexe qui ne comportent pas de coercition, d'exploitation ou d'abus. Ceci est basé sur des preuves et l'expérience de la vie réelle des travailleurs du sexe eux-mêmes que la criminalisation rend moins sûr.

Nous avons atteint cette position en consultant un large éventail de personnes et de groupes, y compris mais sans s'y limiter: les travailleurs du sexe, les groupes de survivant et abolitionnistes, les organismes VIH, les militants des droits des femmes et des LGBTI, les groupes de femmes autochtones, les groupes anti-traite et éminents universitaires.

Nous avons passé plus de deux ans dans la collecte de preuves grâce à des réunions avec des centaines d'individus et d'organisations. Nous avons effectué recherches de première main sur l'expérience vécue par les travailleurs du sexe dans différents contextes nationaux et juridiques.

Nous aimerions prétendre être le premier à répondre à cette question. Mais nous ne sommes pas. Dans autres groupes qui soutiennent ou réclament la décriminalisation du travail du sexe, y compris l'Organisation Mondiale de la Santé, l'ONUSIDA, l'Organisation Internationale du Travail, l'Alliance Mondiale Contre la Traite des Femmes, le Réseau Mondial des Projets de Travail du Sexe, la Commission Mondiale sur le VIH et le Droit, Human Rights Watch, les Open Society Foundations et Antiesclavagiste International.

Nous avons en tout temps déterminés à lutter contre la traite. La traite est un abus odieux des droits humains et doit être criminalisée comme une question de droit international. Nous ne considérons pas une femme victime de la traite qui est forcé de vendre sexe comme un "travailleuse du sexe". Elle est une femme victime de la traite et mérite d'être protégée en tant que telle.

Toute incursion dans la vie des travailleurs du sexe révèle tant de problèmes de droits humains essentiels qui doivent répondre de toute urgence. Comment pouvons-nous réduire la menace de la violence pour les travailleurs du sexe? Que peut-on faire pour assurer leur accès aux soins médicaux et aider à prévenir le VIH? Et comment la discrimination et la marginalisation sociale qui a mis les travailleurs du sexe à un risque accru d'abus peuvent être arrêtés? Ces questions sur la santé, la sécurité et l'égalité devant la loi sont plus importantes que toute objection morale à la nature du travail sexuel.

Pour être clair, notre politique ne consiste pas à protéger "souteneurs". Amnesty International croit fermement que ceux qui exploitent ou abusent des travailleurs du sexe doivent être criminalisés. Mais la réalité est les lois qui criminalisent "mainter bordel" et "promotion" conduisent souvent à des travailleurs du sexe de être arrêtés et poursués. En Norvège, nous avons constaté que les travailleurs du sexe ont été régulièrement expulsés de leurs maisons sous soi-disant "lois de proxénétisme". Dans de nombreux pays du monde, deux travailleuses du sexe qui travaillent ensemble pour la sécurité est considérée comme un "bordel".

Ce que nous voulons est une refocalisation des lois pour lutter contre les actes d'exploitation, abus et trafic - plutôt que attraper-toutes-les-infractions qui seulement criminalisent et mettent en danger les travailleurs du sexe.

Vous ne pouvez pas entrer dans ce débat sans reconnaître que ce sont souvent les femmes et les hommes qui vivent à la périphérie de la société qui sont forcés de se prostituer. Il peut être leur seul moyen de gagner sa vie. Décriminalisation de leur travail ne signifie pas fermer les yeux sur un monde qui les conduit dans les rues. Nous voulons qu'ils jouissent de tous leurs droits de l'homme, et nous continuerons de lutter pour un monde où cela est possible.

Il ne faut pas se détourner de gens comme la femme en Papouasie-Nouvelle-Guinée qui nous a parlé de la fois où elle a essayé de signaler les abus par un client à la police pour se faire dire qu'ils ne veulent pas "perdre temps" avec les travailleuses sexueles. Nous ne devons pas ignorer ce qui se passe à Hong Kong où la police est autorisé à recevoir des "services sexuels" des travailleurs du sexe afin de recueillir des preuves.

Il était clair dès le départ que cela ne va pas être facile. Toute position conduit inévitablement à des eaux orageuses. Mais nous espérons que le débat intense que nous avons déclenché - dans les médias et au-delà - en fin de compte aidera à mener à une meilleure protection des travailleurs du sexe.

"Sex Workers' Rights are Human Rights", Amnesty International, https://www.amnesty.org/en/latest/news/2015/08/sex-workers-rights-are-human-rights

Décision sur les obligations des États de respecter, protéger et réaliser les droits humains des travailleurs sexuels

Le Conseil International

PRIE le Conseil International d'adopter une politique qui vise la réalisation de la meilleure protection possible des droits des travailleurs du sexe, par des mesures qui incluent la décriminalisation du travail du sexe, en tenant compte:

  1. Le point du commencer de la prévention et la réparation des violations des droits humains contre les travailleurs du sexe, et en particulier la nécessité pour les Etats de non seulement revoir et d'abroger les lois qui rendent les travailleurs du sexe vulnérables aux violations des droits humains, mais aussi ne pas adopter de telles lois départ.
  2. L'engagement général d'Amnesty International à promouvoir l'égalité des sexes et les droits des femmes.
  3. L'obligation des Etats de protéger toute personne relevant de leur compétence des politiques, des lois et des pratiques discriminatoires, étant donné que le statut et l'expérience d'être victimes de discrimination sont souvent des facteurs clés dans ce qui conduit les gens à engager dans le travail du sexe, ainsi que dans l'augmentation de la vulnérabilité aux les violations des droits de l'homme tout engagé dans le travail du sexe et à limiter les options pour cesser volontairement l'implication dans le travail du sexe.
  4. Le principe de la réduction des méfaits.
  5. Les États ont l'obligation de prévenir et de combattre la traite aux fins d'exploitation sexuelle et de protéger les droits fondamentaux des victimes de la traite.
  6. Les États ont l'obligation de veiller à ce que les travailleurs du sexe sont protégés contre l'exploitation et peuvent utiliser le droit pénal pour traiter les actes d'exploitation.
  7. Tout acte lié à l'exploitation sexuelle d'un enfant doit être criminalisée. Reconnaissant qu'un enfant impliqué dans un acte sexuel commercial est victime d'exploitation sexuelle, avec le droit de soutien, réparations et recours, en conformité avec les droits humains internationals, et que les États doivent prendre toutes les mesures appropriées pour prévenir l'exploitation et les abus sexuels des enfants.
  8. La preuve que les travailleurs du sexe se livrent souvent à la prostitution en raison de marginalisation et de choix limitées, et que par conséquent, Amnesty International va exhorter les États à prendre des mesures appropriées pour réaliser les droits économiques, sociaux et culturels de tous les gens de telle sorte que personne ne pénètre dans le travail du sexe contre leur gré ou est obligé de compter sur elle comme leur seul moyen de survie, et de veiller à ce que les gens sont en mesure d'arrêter le travail du sexe si et quand ils choisissent.
  9. Veiller à ce que la politique vise à maximiser la protection de l'ensemble des droits humains - en plus d'égalité entre les sexes, les droits des femmes, et la non-discrimination - liés au travail du sexe, en particulier la sécurité de la personne, les droits des enfants, l'accès à la justice, le droit à la santé, les droits des peuples autochtones et le droit à un moyen de subsistance.
  10. Reconnaître et respecter l'agence des travailleurs du sexe à articuler leurs propres expériences et à définir les solutions les plus appropriées pour assurer leur propre bien-être et sécurité, tout en respectant les plus larges principes pertinents relatifs aux droits humains internationaux en ce qui concerne la participation à la prise de décision, tels que le principe de consentement libre, préalable et éclairé en ce qui concerne les peuples autochtones.
  11. La preuve d'Amnesty International et de la recherche externe sur les expériences vécues des travailleurs du sexe, et sur l'impact des droits humains de divers droits pénals et approches réglementaires pour le travail du sexe.
  12. La politique sera pleinement compatible avec les positions d'Amnesty International en matière de consentement à une activité sexuelle, y compris dans des contextes qui impliquent l'abus de pouvoir ou des postes d'autorité.
  13. Amnesty International ne prend pas position sur le travail sexuel devrait être officiellement reconnu comme travail aux fins de la réglementation. Les Etats peuvent imposer des restrictions légitimes sur la vente de services sexuels, à condition que ces restrictions sont conformes aux des droits de l'homme internationals, en particulier en ce qu'ils doivent être dans un but légitime, prévue par la loi, nécessaires et proportionnées au but légitime cherché à être atteint, et non discriminatoire.

La politique sera susceptible d'application flexible et réactif entre et au sein des juridictions différentes, en reconnaissant que les entités d'Amnesty peuvent entreprendre des travaux sur les différents aspects de cette politique et peuvent adopter une approche progressive à ce travail (en conformité avec et dans les limites de cette politique) sur la base des évaluations des contextes juridiques et politiques spécifiques.

Le Conseil International veillera à ce que, après la publication du rapport final de la recherche, les sections et structures ont l'occasion d'examiner et de donner des commentaires sur le projet de politique finale avant qu'il ne soit adopté.

Sur le jour où Amnesty International a voté pour poursuivre une politique visant à protéger les droits des travailleurs du sexe, sous-Directeur de Europe Gauri van Gulik explique pourquoi, ce que cela signifie et la nécessité pour les travailleurs du sexe d'avoir des droits humains.

"Decision on State obligations to respect, protect, and fulfil the human rights of sex workers", Amnesty International, https://www.amnesty.org/en/policy-on-state-obligations-to-respect-protect-and-fulfil-the-human-rights-of-sex-workers

Traductions:

Abigail Pereira Aranha

Questo testo in italiano in Men of Worth Newspaper: "Selezione di tre articoli di Amnesty International per il 2 di giugno, Giornata Internazionale delle Prostitute", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/selezione-di-tre-articoli-di-amnesty-international-per-il-2-di-giugno.html.
Questo testo in italiano in Periódico de Los Hombres de Valía: "Selezione di tre articoli di Amnesty International per il 2 di giugno, Giornata Internazionale delle Prostitute", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/selezione-di-tre-articoli-di-amnesty.html.
Ce texte en français au Men of Worth Newspaper: "Sélection de trois articles par Amnesty International pour le 2 de juin, Journée Internationale des Prostituées", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/selection-de-trois-articles-par-amnesty-international-pour-le-2-de-juin.html.
Ce texte en français au Periódico de Los Hombres de Valía: "Sélection de trois articles par Amnesty International pour le 2 de juin, Journée Internationale des Prostituées", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/selection-de-trois-articles-par-amnesty.html.
Eso texto en español en Men of Worth Newspaper: "Selección de tres artículos de Amnistía Internacional para el 2 de junio, Día Internacional de las Putas", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/seleccion-de-tres-articulos-de-amnistia-internacional-para-el-2-de-junio.html.
Eso texto en español en Periódico de Los Hombres de Valía: "Selección de tres artículos de Amnistía Internacional para el 2 de junio, Día Internacional de las Putas", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/seleccion-de-tres-articulos-de-amnistia.html.
Este texto em português no A Vez das Mulheres de Verdade: "Seleção de três artigos da Anistia Internacional para 2 de junho, Dia Internacional da Prostituta", http://avezdasmulheres.over-blog.com/2016/06/selecao-de-tres-artigos-da-anistia-internacional-para-2-de-junho.html.
Este texto em português no A Vez dos Homens que Prestam: "Seleção de três artigos da Anistia Internacional para 2 de junho, Dia Internacional da Prostituta", http://avezdoshomens.blogspot.com.br/2016/06/selecao-de-tres-artigos-da-anistia.html.
Original text in English at Men of Worth Newspaper: "Selection of three articles by Amnesty International for June 2, International Whores' Day", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/selection-of-three-articles-by-amnesty-international-for-june-2.html.
Original text in English at Periódico de Los Hombres de Valía: "Selection of three articles by Amnesty International for June 2, International Whores' Day", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/selection-of-three-articles-by-amnesty.html.

Nessun commento:

Posta un commento

Facebook