venerdì 3 giugno 2016

Questions et Réponses: politique de protection des droits humains des travailleurs du sexe

1. Pourquoi Amnesty International a besoin d'une politique visant à protéger les droits des travailleurs du sexe?

Parce que les travailleurs du sexe sont à risque élevé de violations des droits de l'homme dans de nombreux pays à travers le monde. Notre politique décrit ce que les gouvernements devraient faire pour mieux les protéger.

2. De quel genre d'abus sont les travailleurs du sexe à risque?

Les travailleurs du sexe sont à risque de toute une série de violations des droits de l'homme, y compris:

  • Râpé
  • Violence
  • Traite
  • Extorsion
  • Arrestation et détention arbitraires
  • Expulsions forcées de leurs maisons
  • Harcèlement
  • Discrimination
  • Exclusion des services de santé
  • Le dépistage du VIH forcé
  • Manque de recours juridique

Nous avons enregistré de nombreux cas où la police - ainsi que des clients, et d'autres membres du grand public - ont infligé des abus contre les travailleurs du sexe en toute impunité.

3. Qu'est-ce que votre politique dit les gouvernements devraient faire pour arrêter cela?

Il affirme que les gouvernements devraient protéger, respecter et garantir les droits des travailleurs du sexe, y compris:

  • Leur protéger contre les dommages, l'exploitation et la coercition
  • Assurer de qu'ils peuvent participer à l'élaboration des lois et des politiques qui affectent leur vie et leur sécurité
  • Garantir l'accès à santé, de l'éducation et de l'options de emploi

Il appelle également à la décriminalisation du travail sexuel basée sur des preuves que la criminalisation rend les travailleurs du sexe moins sûr, en les empêchant d'assurer la protection de la police et en fournissant l'impunité aux agresseurs.

Vous pouvez lire la politique complète ici.

4. Qu'est-ce que la décriminalisation du travail du sexe signifie?

Cela ne signifie pas la suppression des lois qui criminalisent l'exploitation, la traite des personnes ou la violence contre les travailleurs du sexe. Ces lois doivent rester et peuvent et doivent être renforcés.

Cela signifie la suppression des lois et des politiques qui criminalisent ou pénaliser le travail du sexe.

Cela comprend les lois et règlements relatifs à la vente et l'achat ou l'organisation du travail du sexe, tels que la sollicitation, la location de locaux, "maintien de bordel" et vivant du produit de la "prostitution".

Nous utilisons le terme "travail du sexe" seulement pour les échanges entre adultes consentants.

5. Pourquoi Amnesty International soutient la décriminalisation?

Selon ce modèle, il vaut mieux portée des droits des travailleurs du sexe à protéger - que ce soit:

  • l'accès aux soins de santé;
  • leur capacité à signaler les crimes aux autorités;
  • leur capacité à organiser et à travailler ensemble pour une sécurité accrue;
  • ou le confort de savoir que leur famille ne sera pas inculpé pour "vivant du produit" du travail du sexe.

6. Ceux qui vendent le sexe ont besoin de protection, mais pourquoi protéger les "souteneurs"?

Notre politique ne consiste pas à protéger "souteneurs". Toute personne qui abuse ou exploite les travailleurs du sexe doit faire face à la force de la loi.

Nous notons, toutefois, le véritable problème avec ce qu'on appelle "lois de proxénétisme" - qu'ils nuisent souvent les travailleurs du sexe eux-mêmes, plutôt que leurs agresseurs, car ils sont trop large et pas assez ciblés.

Par exemple, dans de nombreux pays, deux travailleurs du sexe qui travaillent ensemble pour leur sécurité est considéré comme un bordel et est donc illégale.

Amnesty International estime que la loi devrait être utilisé pour lutter contre les actes d'exploitation, l'abus et le trafic dans le travail sexuel; mais nous ne croyons pas que les captures-toutes les infractions qui rendent la vie des travailleurs du sexe moins sûrs sont la façon la plus efficace de le faire.

7. Est-ce que Amnesty International croit que payer pour le travail sexuel est un droit humain?

Non. Notre politique est pas sur les droits des acheteurs de sexe. Il est entièrement axé sur la protection des travailleurs sexuels, qui font face à une série de violations des droits humains liées à la criminalisation.

Amnesty ne croit pas non que l'achat de sexe est un droit de l'homme (mais nous croyons que les travailleurs du sexe ont des droits humains!).

Pour être clair: le sexe doit être convenu entre les gens en tout temps. Personne ne peut pas exiger ce comment leur droit.

8. Comment la légalisation du travail du sexe est différent de décriminalisation?

Légalisation est différente de la décriminalisation et il est pas le modèle que nous proposons.

Au lieu de la suppression des lois criminalisant les travailleurs du sexe, la légalisation signifie la mise en place des lois et des politiques spécifiques pour le travail du sexe pour réglementer ce formellement.

Amnesty est pas opposé à la légalisation en soi; mais les gouvernements doivent assurer que le système respecte les droits humains des travailleurs du sexe.

Nous notons qu'il ya encore des possibilités de criminalisation et les violations des droits de l'homme liées au titre de la légalisation quand certains travailleurs du sexe peuvent être laissés opérant en dehors de la loi dans les systèmes légalisés.

Un exemple particulierment mauvais de la façon dont la légalisation peut aller mal est la Tunisie. Les travailleurs du sexe tunisiens travaillant dans les bordels licenciés qui souhaitent quitter leur emploi doivent obtenir l'autorisation de la police et de démontrer qu'ils peuvent gagner leur vie grâce à des moyens "honnêtes". Ceux qui opèrent en dehors de ces règlements sont encore criminalisé, sans protection de la loi.

9. Ne décriminaliser le travail sexuel vient précisément encourager la traite des personnes?

Pour être clair: décriminaliser le travail sexuel ne signifie pas la suppression des sanctions pénales pour la traite. La traite est un abus odieux droits de l'homme. Les États doivent avoir des lois en vigueur qui criminalisent le trafic, et de les utiliser efficacement pour protéger les victimes et traduire les trafiquants en justice.

Il n'y a aucune preuve fiable pour indiquer que décriminalisation du travail du sexe encouragerait la traite des personnes.

Mais la criminalisation du travail du sexe peut entraver la lutte contre le trafic - par exemple, les victimes peuvent être réticentes à se manifester si elles craignent que la police prendra des mesures contre eux pour la vente de sexe. Lorsque le travail du sexe est criminalisé, les travailleurs du sexe sont également exclus de la protection en milieu de travail qui pourraient augmenter la surveillance et aider à identifier et à prévenir la traite.

Plusieurs organisations de lutte contre la traite y compris la Freedom Network USA, l'Alliance Mondiale Contre le Trafic des Femmes et La Strada International croient que la décriminalisation du travail du sexe aurait un rôle positif à jouer dans la lutte contre la traite.

10. La décriminalisation de travail du sexe ne préjudicara pas des droits des femmes et conduira à faire avancer des inégalités entre les sexes dans le monde?

L'inégalité des sexes peut avoir une influence majeure sur l'entrée des femmes dans le travail du sexe; mais la criminalisation ne traite pas de cette - il tout simplement fait leur vie moins sûr.

La même chose est vraie pour les transgenres et les hommes travailleurs du sexe - dont beaucoup sont gais ou bisexuels - qui souffrent de discrimination et d'inégalité.

Les États doivent lutter contre la discrimination et les stéréotypes nuisibles entre les sexes, donner pouvoir à des femmes et d'autres groupes marginalisés, et veiller à ce que personne ne manque pas d'alternatives viables pour gagner sa vie.

11. Pourquoi Amnesty International ne soutient pas le Modèle Nordique?

Quelle que soit leur intention, les lois contre l'achat de sexe et contre l'organisation du travail du sexe peut nuire à des travailleuses du sexe.

Cette signifient souvent que les travailleuses du sexe doivent prendre plus de risques pour protéger les acheteurs de la détection par la police.

Par exemple, les travailleurs du sexe nous ont dit à propos de se sentir sous pression pour visiter les maisons des clients afin que les acheteurs peuvent éviter la police - ce qui signifie que les travailleurs du sexe ont moins de contrôle et peuvent avoir à compromettre leur sécurité.

Dans le cadre du Modèle Nordique, les travailleurs du sexe sont encore pénalisés pour travailler ensemble, ou l'organisation, afin de se protéger.

Ils peuvent également avoir des difficultés à obtenir un logement parce leurs propriétaires peuvent être poursuivis pour laisser place à eux. Cela peut conduire à des expulsions forcées des travailleurs du sexe de leurs maisons.

12. Donc, est-ce pas Amnesty promouvoir l'industrie du sexe?

Amnesty International ne soutient ni ne condamne le sexe commercial.

Mais nous ne condamnons fermement les violations des droits de l'homme commises contre les personnes qui vendent le sexe et la discrimination dont ils font face; et nous croyons que la décriminalisation est un pas important dans s'occuper de ça.

13. Que dire de ceux qui sont en désaccord avec vous?

Nous reconnaissons qu'il existe des différences fondamentales d'opinion sur la question de la décriminalisation du travail du sexe et nous respectons les opinions de ceux qui ne sont pas favorables à la position que nous avons pris.

Nous voulons avoir un dialogue respectueux et ouvert sur les meilleures façons de protéger les droits humains des travailleurs du sexe.

Nous croyons qu'il existent nombreux points d'accord - comment veillant à ce que ceux dans, ou qui peuvent considérer, le travail du sexe ont accès à d'autres formes d'obtenir un moyen de subsistance et peuvent quitter quand ils le souhaitent.

14. Quelles preuves Amnesty ont pour sauvegarder sa position?

Amnesty International a passé plus de deux ans dans le développement de notre politique visant à protéger les droits humains des travailleurs du sexe, qui est basé sur des recherches solides et des consultations avec un large éventail d'organisations et de personnes.

Nous avons examiné le travail considérable accompli par les organisations telles que l'Organisation Mondiale de la Santé, l'ONUSIDA, le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le Droit à la Santé et d'autres organismes des Nations Unies. Nous avons également examiné les positions des autres tels que l'Alliance Mondiale Contre la Traite des Femmes.

Nous avons effectué des recherches de première main détaillés en Argentine, Hong Kong, Norvège et Papouasie-Nouvelle-Guinée et consulté plus de 200 travailleurs du sexe de partout dans le monde.

Nos bureaux dans le monde entier ont également contribué à la politique par le biais de consultations vastes et ouverts avec groupes de travailleurs du sexe, groupes représentant les survivantes de la prostitution, organisations promouvant la criminalisation, féministes et d'autres représentants de droits des femmes, activistes LGBTI, organismes de lutte contre la traite, activistes du VIH / SIDA et beaucoup d'autres.

Ce processus a également été complétée par la recherche des droits de l'homme précédent d'Amnesty International qui met en évidence les abus contre les travailleurs du sexe, y compris mais sans s'y limiter:

  • Notre rapport sur la Violence à l'Égard des Femmes en Ouganda où nous avons souligné les cas de femmes qui ont dit que parce qu'elles vendaient sexe qu'elles étaient "demandent pour cela" que "une prostituée ne peut pas être violée"
  • Notre déclaration publique appelant à la Grèce pour arrêter la criminalisation et la stigmatisation des travailleurs du sexe présumés trouvés séropositifs
  • Notre rapport sur l'utilisation de la torture au Nigeria et comment les travailleuses du sexe ont été particulièrement visés par la police pour viol et des pots-de-vin financières
  • Nos Actions Urgentes sur le ciblage et le meurtre des travailleuses sexuelles au Honduras et l'expulsion et de l'abus des travailleuses sexuelles par la police au Brésil
  • Notre rapport sur la Tunisie qui détaillé comment les travailleurs du sexe sont vulnérables à l'exploitation sexuelle, le chantage et l'extorsion de fonds principalement par la police

Le contenu de cette page a été mise à jour le 26 de mai de 2016 suite à la publication de la politique d'Amnesty International sur les droits des travailleurs du sexe aux côtés de quatre nouveaux rapports de recherche sur la Norvège, Hong Kong, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Argentine.

"Q&A: policy to protect the human rights of sex workers", Amnesty International, https://www.amnesty.org/en/qa-policy-to-protect-the-human-rights-of-sex-workers

Traduction:

Abigail Pereira Aranha

Questo testo in italiano in Men of Worth Newspaper: "Domande e Risposte: la politica per proteggere i diritti umani dei lavoratori del sesso", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/domande-e-risposte-la-politica-per-proteggere-i-diritti-umani-dei-lavoratori-del-s.html.
Questo testo in italiano in Periódico de Los Hombres de Valía: "Domande e Risposte: la politica per proteggere i diritti umani dei lavoratori del sesso", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/domande-e-risposte-la-politica-per.html.
Ce texte en français au Men of Worth Newspaper: "Questions et Réponses: politique de protection des droits humains des travailleurs du sexe", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/questions-et-reponses-politique-de-protection-des-droits-humains-des-travailleurs-du-s.html.
Ce texte en français au Periódico de Los Hombres de Valía: "Questions et Réponses: politique de protection des droits humains des travailleurs du sexe", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/questions-et-reponses-politique-de.html.
Eso texto en español en Men of Worth Newspaper: "Preguntas y Respuestas: política de protección de los derechos humanos de los trabajadores sexuales", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/preguntas-y-respuestas-politica-de-proteccion-de-los-derechos-humanos-de-los-trabajadores-s.html.
Eso texto en español en Periódico de Los Hombres de Valía: "Preguntas y Respuestas: política de protección de los derechos humanos de los trabajadores sexuales", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/preguntas-y-respuestas-politica-de.html.
Este texto em português no A Vez das Mulheres de Verdade: "Perguntas e Respostas: política para proteger os direitos humanos dos profissionais do sexo", http://avezdasmulheres.over-blog.com/2016/06/perguntas-e-respostas-politica-para-proteger-os-direitos-humanos-dos-profissionais-do-s.html.
Este texto em português no A Vez dos Homens que Prestam: "Perguntas e Respostas: política para proteger os direitos humanos dos profissionais do sexo", http://avezdoshomens.blogspot.com.br/2016/06/perguntas-e-respostas-politica-para.html.
Original text in English reproduced at Men of Worth Newspaper: "Q&A: policy to protect the human rights of sex workers", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/06/q-a-policy-to-protect-the-human-rights-of-x-workers.html.
Original text in English reproduced at Periódico de Los Hombres de Valía: "Q&A: policy to protect the human rights of sex workers", http://avezdoshomens2.blogspot.com.br/2016/06/q-policy-to-protect-human-rights-of-sex.html.

Nessun commento:

Posta un commento

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...