lunedì 3 ottobre 2016

"Être-tu communiste?"

São Paulo, le 05 Décembre, 2014 00:00 par Olavo de Carvalho

Le défunt Jean Mellé, fondateur et directeur de "Notícias Populares", qui deviendrait un classique du journalisme de scandale, était un réfugié roumain qui avait de solides raisons de haïr le communisme. Grand et musclé, parfois il a attrapé un de ses subordonnés à la gorge, et, avec un regard farouche de grand inquisiteur, il a demandé: "Être-tu communiste?". Si la réponse était "Non", il se sentait satisfait.

Quatre-vingt dix pour cent des cas, l'intimé était un membre du Parti et sortit en riant au patron dont la puissance menaçante est lui-même neutralisé avec une quantité pathétique d'ingéniosité.

En fait, Mellé était nullement un naïf. Il savait en arrière l'ambiguïté glissante de la conduite des communistes. Il n'a pas l'illusion qu'ils ne marchaient avec le marteau et la faucille tamponné sur leur front ou qu'ils déclareraient volontiers leur identité idéologique. Il se contenta de la réponse briève seulement parce qu'il ne maîtrise pas la langue nationale suffisante pour prolonger la discussion. Il voulait juste instiller un peu de peur dans le cœur des communistes, et il l'a obtenu. Ils ont vengés avec des rires forcés qui propagent le mythe de l'adversaire simple d'esprit, un grand gars stupide que même les enfants pouvaient tromper. Ils ont menti, et ils ont menti sur le mensonge: ils cachaient leur appartenance à un parti et ils ont prétendu qu'ils avaient réussi à tromper "le droit". La satisfaction qu'ils se livraient à cette entreprise a fini par imprégner dans leur esprit, transformant le trucage occasionnelle dans une symptomatologie hystérique complète et l'auto-tromperie dans un mode de vie permanent.

Après un demi-siècle, le mouvement communiste a encore dans le journalisme brésilien une armée de fidèles employés dont tactique de persuasion d'habitude et presque seule est d'inventer une version ridiculement simple d'esprit du communisme, l'attribuer à la droite et, à démolir avec deux ou trois blagues pas drôles, déclarer la victoire, étant ainsi prouvé qu'il n'y a pas le communisme, c'est juste un fantasme paranoïaque du droitistes enragés. C'est le bon vieux ressource éristique "homme de paille", qui dans ces gens est devenu une seconde nature.

Certains des pratiquants de cette magie stupide sont hommes expérimentés, formés à Havane et Prague. La preuve la plus évidente de la puissance qu'ils ont acquises dans les salles de rédaction est la naturalité avec laquelle que les périodes de stages dans les centres de propagande et de désinformation dans le Rideau de Fer viennent dans leurs curricula comme preuve de "expérience journalistique", comme si la technique de mentir était très même chose que celle de signaler les faits. C'est évident que, au moins dans les vieux jours, bon nombre de ces créatures douces étaient agents payés des services secrets communistes. Leurs noms, retardé d'un demi-siècle, sont progressivement révélés par les documents déposés à en Prague l'Institut pour l'Étude de les Régimes Totalitaires (v. https://www.youtube.com/watch?v=Dbt1rIg8FbI et https://www.youtube.com/watch?v=S0hcCDwS8xU).

Autres, plus jeunes, n'ont pas besoin de se déplacer pour obtenir des astuces de la prose communiste. Ils les ont appris ici, dans les collèges de journalisme qui les messieurs mentionnés dans le paragraphe précédent ont transformées en centres de formation de militantisme au moins depuis les années 70 du siècle dernier.

Le premier signe de que tu es intelligent est ton capacité à percevoir que quelqu'un d'autre est plus intelligent. Mutatis mutandis, le premier signe de stupidité est supposer, toujours, que l'autre est plus bête que est. En ça consiste l'artifice de rhétorique éristique à que je me suis référé: la personne définit le communisme de la manière la plus simple d'esprit et mécaniquement et, en faisant valoir qu'il n'y a pas ce communisme (comme elle ne peut pas exister), conclut que tout anti-communisme est un maladie mentale, source de violence et les "crimes de haine".

La définition utilisée dans cette astuce est la suivante: le communisme est l'étatisation complète, soudaine et ostentatoire de les moyens de production et de toute propriété privée. Le gouverneur prend le micro et annonce: "Regardez ici, gens, je suis un communiste. Maintenant, qui gouverne cette merde est le communisme. Livrez vos biens, ou vous irez au Goulag." Pour les gars comme M. Jô Soares et d'autres têtes éclairés qui guident la pensée nationale, le fait que ce n'a jamais eu lieu est la preuve concluante que la menace communiste est simplement une fabrication créé pour justifier un coup d'État ou quelque chose de pire.

Contrairement à cet double discours de mauvaise qualité, nous allons voir ce qui est le vrai communisme, dans sa théorie et sa pratique dans le monde entier.

Karl Marx a enseigné que l'étatisation des moyens de production - la phase initiale de la construction du socialisme - serait un processus complexe qui devrait être prolongé pendant de nombreuses décennies ou siècles, et ne pourrait même pas commencer avant que les moyens de production capitalistes atteint son développement maximal possible.

La dernière chose que d'une gouverneur communiste doit faire - surtout s'il est arrivé au pouvoir par les voies démocratiques habituelles et sans effusion de sang - est, donc, aller loin en faire l'étatisation de tout, en faire le démantèlement de la classe capitaliste. C'est le contraire: il devrait aider les capitalistes de gagner le maximum d'argent qu'ils peuvent, pendant qu'il les dépose leurs moyens d'action politique et idéologique. Le rôle du capitaliste dans cette phase du socialisme est de faire de l'argent et ne pas être d'avis, devenir beaucoup tellement prospère autant plus politiquement inoffensif et asservie à l'élite dirigeante communiste. Attirés par les profits faciles, les capitalistes vont transférer les communistes toute leur puissance idéologique, de sorte que, dans relativement peu de temps, quatre choses se produisent:

(1) Dans un régime complet de prospérité capitaliste, il y a seulement des idées communistes en circulation. D'une manière plus ouverte ou plus secrète, la propagande communiste devient le seul discours actuel dans la société. Les idées concurrentes disparaissent au point de devenir impensables. Ils restent, au mieux, comme des mythes vagues d'autres époques. Un dernier morceau de "idéologie capitaliste" reste dans l'air, réduit à la défense de l'efficacité économique, dont les communistes serait les derniers à nier.

(2) La richesse cesse d'être un moyen d'action politique indépendante et se réduit à un instrument de propagande communiste. Chaque capitaliste dépense beaucoup d'argent pour élire communiste et le financement de la haine contre le capitalisme.

(3) Avoir un énorme compte bancaire donne moins de puissance qu'une carte de membre du Parti ou quelque charge publique. La puissance politico-idéologique est transférée de la bourgeoisie à l'élite du parti sans la propriété capitaliste à souffrir quelque rayure visible.

(4) Les communistes, pour leur part, peuvent tout autant se vanter d'être les maîtres absolus de la situation et de continuer à se faire des victimes sans défense de la bourgeoisie. Ils vont du discours menaçant aux larmes de pitié de soi avec aisance, et l'incohérence même de leur attitude sert à désorienter encore plus leur adversaire.

A cette phase, il n'y a pas la guerre économique. On ne parle pas de prendre la propriété des bourgeois, mais de les priver de leurs moyens d'auto-défense idéologique.

Tel est le programme que le gouvernement du PT (Parti des Travailleurs) a rempli à la lettre, c'est le plan communiste réel et authentique. C'est pas un homme de paille, beaucoup moins c'est pas une menace: c'est la réalité que nous vivons.

"Você estar comunisto?", Olavo de Carvalho, Diário do Comércio, 05 de décembre de 2014, http://www.dcomercio.com.br/categoria/opiniao/voce_estar_comunisto et http://www.olavodecarvalho.org/semana/141205dc.html.

Traduction: Abigail Pereira Aranha

Questo testo in italiano in Men of Worth Newspaper: "Tu stare comunisto?", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/10/tu-stare-comunisto.html.
Questo testo in italiano in Periódico de Los Hombres de Valía: "Tu stare comunisto?", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/10/tu-stare-comunisto.html.
Ce texte en français au Men of Worth Newspaper: "Être-tu communiste?", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/10/etre-tu-communiste.html.
Ce texte en français au Periódico de Los Hombres de Valía: "Être-tu communiste?", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/10/etre-tu-communiste.html.
Eso texto en español en Men of Worth Newspaper: "¿Tú estar comunisto?", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/10/tu-estar-comunisto.html.
Eso texto en español en Periódico de Los Hombres de Valía: "¿Tú estar comunisto?", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/10/tu-estar-comunisto.html.
This text in English at Men of Worth Newspaper: "Do you be a Communist?", http://avezdoshomens2.over-blog.com/2016/10/do-you-be-a-communist.html.
This text in English at Periódico de Los Hombres de Valía: "Do you be a Communist?", http://avezdoshomens2.blogspot.com/2016/10/do-you-be-communist.html.
Texto original em português com atalho para o texto original no A Vez das Mulheres de Verdade: "Você estar comunisto?", http://avezdasmulheres.over-blog.com/2016/10/voce-estar-comunisto.html.
Texto original em português com atalho para o texto original no A Vez dos Homens que Prestam: "Você estar comunisto?", http://avezdoshomens.blogspot.com/2016/10/voce-estar-comunisto.html.

Nessun commento:

Posta un commento

Facebook